Skip to main content

L’ANJ France va Remplacer l’ARJEL en 2020

L’ANJ (l’Autorité Nationale des Jeux) est prête à remplacer la présente autorité des jeux d’argent en France – ARJEL. Ce changement arrive après la privatisation de l’organisation des jeux de loterie La Française de Jeux. La décision a été prise – le nouveau corps sera chargé de la régulation des jeux de casinos en ligne, les paris sportifs  ainsi que les jeux de loto. Ce qui est essentiellement tous les types de pari dans le pays.

ANJ France

Auparavant, c’est la FDJ qui était chargé avec la régulation des casinos en ligne ; tandis que le ministère de l’intérieur et le ministère de l’économie et des finances étaient en charge des casinos terrestres, les paris sportifs et les jeux de loto.

Privatisation de la Française des Jeux (FDJ)

La Française des Jeux est détenue par le gouvernement de la France, mais l’organisme sera privatisé cette année. Les investisseurs privés et institutionnels seront donnés la possibilité d’acheter des parts dans l’organisation plus tard dans la même année. Cependant, le conseil des ministres ont déclaré qu’il continuera d’avoir un degré de contrôle dans la compagnie. Cette décision a été prise pour éviter l’abus de pouvoir par les nouveaux propriétaires.

Présidente de l’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) Isabelle Falque-Pierrotin

Isabelle Falque-Pierrotin – conseillère de l’état pour la commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) – sera la présidente de la nouvelle autorité. Une décision prise par La République En Marche. Falque-Pierrotin était nommée la présidente en octobre 2019. Dans sa position, elle était chargée avec l’établissement d’une nouvelle autorité qui remplacera les différents départements existant, déjà mentionné.

Directrice ANJ France Isabelle Falque-Pierrotin

En 2018, le sénat français a ordonné une réforme des organismes de régulation de toute activité de pari en France. Ce qui permit à la régulation En March de vendre la Française des Jeux.

La Chambre haute avait constaté que les lois nationales sur les jeux d’argent étaient minées par un système fracturé qui irritait les titulaires de licence en respectant les conditions de « double tutelle », fixées par des régulateurs indépendants.

À la suite de la réforme, le Trésor français a maintenu qu’il continuerait de réglementer les conditions fiscales en ce qui concerne les licences de casino terrestres.